Histoire

Un espace de liberté

 

El Cau del Llop  se dresse comme un symbole et depuis 1979 témoigne de la volonté de quelques pionniers qui ont ouvert un local dans un quartier dégradé parce qu’ils pensaient qu’il y avait une autre façon de comprendre la nuit

Pau Lanao / Carme Vinyoles

El Cau del Llop, girona

Les fondateurs du Cau  avec celui qui prend la relève, en célébrant le 25e anniversaire.

L’histoire rapporte que tout a commencé le 10 mai 1979, lorsque Charles Albert Presas Novell ont décidé d’ouvrir un bar différent et choisissent  un vieil étable de la rue Sacsimort, lieu des voleurs et des prostituées .Le local était à quelques mètres du Pou rodó, où la Vedette, le bar Lina ou le Bar Paco proposaient des nuits de sexe.  Albert et Carles ont eu l’idée d’ouvrir un local différent, de servir des boissons et  quelque chose à manger. Et ce fut dans cet endroit que les intellectuels, les artistes, les politiciens, les travailleurs et les étudiants se sentirent si bien.

Le 20 Mars 1986, les propriétaires du Cau del Llop vendent l’entreprise à deux clients, Albert Vila et Quico Calero. Le nouveau couple avait des idées claires. Ils voulaient que El Cau demeure le refuge des personnes non-conformistes et rebelles, mais ils ont augmenté la cuisine et ce fut là  quand peu à peu,la charcuterie et , surtout , les omelettes, ont été la caractéristique du local. L’ambiance chaleureuse continua après la mort de Quico Calero. El Cau a continué à être un lieu de rencontre d’ hommes et femmes anonymes, mais aussi de personnages d’ un certain prestige: des  musiciens comme  Josep Thió,Quico Pi de la Serra,Nina, Adria Puntí, le réalisateur Jose Luis Nunes ou des peintres comme Enric Marquès ou Modest Cuixart. On y a formé des couples, des groupes d’amis, aussi une orchestre: l’Aquarella et quelques initiatives citoyennes. Plus qu’un propriétaire d’un restaurant, Albert Vila est devenu un ami pour les clients, et quand, au 25eme anniversaire du local, il a annoncé qu’il quittait le bar, c’étaient les clients qui l’ont encouragé à faire un dîner à la Torre de Can Roca, où il a invité 550 personnes qui voulaient remercier le dévouement et la solidarité manifestée au cours de la vie du local. Angel Ayats fit l’affiche commémorative, Quim Corominas, 250 sérigraphies et Pere Vicens fit des sculptures en fer et en bois. Ce fut un adieu digne d’un militant fatigué qui donna la relève  à une jeune fougueuse et courageuse, Montse Soler.

Le 13 Janvier 2005, une nouvelle phase a commencé, Montse a pris possession du local.  Albert lui avait mis une seule condition: «La première année continue avec la tradition des omelettes, la charcuterie, le pain grillé.» Mais après six ou huit mois, Montse commença à introduire des nouveaux plats comme le houmous, les salades, le couscous.

Le 31 Mars 2013, Montse Soler laisse El Cau pour se consacrer à une de ses passions: la cuisine et  décide d’explorer de nouvelles voies. Pour Albert, le propriétaire du Cau del Llop, ce  n’est pas facile de trouver une personne  qui puisse reprendre l’essence du local et de continuer l’histoire de plus de trente ans d’activité. Les circonstances du destin firent qu’un ancien ami et client, Angel Ayats,  apparaisse sur scène pour conclure l’affaire avec Albert et prendre les rênes de cette nouvelle étape du Cau del Llop.

Àngel Ayats, Maricarmen Gómez, El Cau del Llop
Àngel Ayats i Maricarmen Gómez, buvant à la santé de la nouvelle phase su Cau.

Le 2 mai 2013, le Cau del Llop entreprend un nouveau voyage avec Angel Ayats et Maricarmen Gomez à la tête de la gestion de l’entreprise. L’objectif du couple, au cours de cette nouvelle phase sera de restaurer l’esprit original du Cau. Un endroit où la philosophie soit la passion pour la bonne nourriture et tout ce qui l’entoure, l’amitié, le partage, la musique, le plaisir, la satisfaction, les sentiments et les découvertes, tout ça pour que El Cau del Llop puisse être un espace de liberté.